Etre tout simplement

Prendre du temps pour soi

Confinement : pourquoi ne pas tenter de quitter l’état de l’Avoir et du Faire pour n’en vivre qu’un seul, pleinement, ETRE !

Hier soir, Emmanuel MACRON a demandé aux Français de respecter un confinement (le mot n’a pas été prononcé mais il était tout à fait audible !) de 15 jours minimum, afin de limiter la propagation du virus COVID-19.

C’est une mesure sans précédents, anxiogène pour certains, voire bon nombre, d’entre nous.

Même si le président s’est voulu rassurant sur l’accompagnement qui va être mis en place, j’ai conscience de la difficulté et du stress que cela peut générer pour les travailleurs indépendants, les artisans, commerçants, les dirigeants de TPE ou PME. 

J’ai également conscience de l’impact considérable que cette « mise en quarantaine » aura sur l’économie française mais aussi mondiale.

Cependant, au risque d’en choquer certains, je m’interroge : ne serait-ce pas un mal pour un bien ?

A l’heure où notre occupation majeure est de courir après le temps (et l’argent !) trop souvent au détriment de notre santé, de notre relation aux autres et à soi, (“Travailler plus pour gagner plus”… et vivre moins ?) cette situation ne peut-elle être vue comme une aubaine ?

Alors que depuis des années (des décennies ?) on nous demande toujours plus – de temps, d’énergie, de travail, d’idées, d’investissement, etc… – on nous enjoint aujourd’hui à (presque) tout arrêter. Ben ça alors !!!

Comment gérer ce STOP ? C’est la question que les hyperactifs que nous sommes se posent avec angoisse.

Comment vivre ce confinement ? Se demande, terrifié, l’animal social qu’est l’être humain.

C’est vrai que cette expérience est déroutante, anxiogène, voire terrorisante (si si, c’est ce que certains ressentent !). Pourtant elle nous offre un cadeau extraordinaire : du temps pour soi ! (J’en entends déjà certains pousser un « La belle affaire !!! »)

Depuis combien de temps n’avez-vous pas joué avec vos enfants ? discuté avec votre conjoint(e), vos ados ? pris un livre ? marché seul ? etc…

La dernière fois que vous vous êtes interrogé sur votre parcours, vos attentes, vos besoins, votre devenir, … c’était quand ?

Vous êtes-vous déjà demandé ce qui est important pour vous ?

À quand remonte la dernière fois où vous n’avez rien fait ? (regarder la télé ou son portable n’est pas « rien faire » 😉)

Et si vous profitiez de ce STOP pour vous y mettre ?

À mes yeux, voilà en quoi cette situation est une aubaine. Elle peut nous permettre ce retour à nos proches et à nous-même.

Quitter l’état de l’Avoir et du Faire pour n’en vivre qu’un seul, pleinement, ETRE !

Oui, tout simplement ETRE… vous avez déjà essayé ? Je vous le conseille vivement ! Vous y croiserez une merveilleuse compagnie : VOUS !

C’est peut-être ce que le « réfléchir au sens de l’essentiel » d’E. MACRON signifie ? Va savoir… 😊

Bien que je ne sois pas toujours d’accord avec notre président, je reconnais bien volontiers que ces quelques mots ont grandement résonné en moi. Tout comme le « Il y a eu un avant, il y a un pendant et il y aura un après… »

Intimement convaincue que rien n’arrive par hasard, que chaque expérience (aussi pénible et stressante soit-elle) est une opportunité de « grandir », je vous invite à user et abuser de ces quelques jours de « pause générale » pour vous tourner vers la personne la plus importante sur terre : VOUS !

À ce propos, je vous conseille un excellent livre en la matière : « Sauvez votre peau – Soyez narcissique » de Fabrice MIDAL (ben le président nous a dit de lire non ? 😊)

Interrogez-vous sur vos valeurs, vos besoins, vos aspirations profondes, … (je peux vous faire passer des exos pour vous y aider si vous voulez)

Penchez vous sur ce qui est essentiel pour vous ;

Renouez le dialogue avec vos proches et avec vous-même ;

Écoutez-les, écoutez-vous ;

Aimez-les pleinement, aimez-vous !

Alors OUI, cette expérience (dramatique pour les malades et leurs proches) aura servi à quelque chose.

Alors OUI, ensemble nous pourrons faire en sorte que « l’après » soit foncièrement différent.

Autorisons-nous à rêver à un « après » plus humain, plus généreux, plus solidaire, … Ce rêve toque aujourd’hui à notre porte (et, lui, vous avez le droit de le laisser entrer 😉)

Profitons de ce temps qui nous est donné pour écouter battre notre cœur et entendre ce qui le fait vraiment vibrer. Ainsi, non seulement demain sera différent mais il sera également bien plus beau.

Partager cet article

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on email
Share on print